La Cristallerie de Portieux

 L'entreprise subit en ce moment des difficultés et les fours ont été arrêtés, il n'y a plus de production pour le moment. Le magasin d'usine reste cependant ouvert.

Je laisse les informations du reste de cette page intactes pour que vous puissiez avoir une approche de la procédure de création des objets en cristal.

Lorsque l'on visite la cristallerie, on entre dans un univers hors du commun, hors du temps et vraiment magique: les ouvriers, en reproduisant les gestes ancestraux de leurs prédécesseurs, transforment un conglomérat de matière sableuse en objets magnifiques, lumineux, transparents et étincelants...

Moins célèbre que Baccarat mais tout aussi intéressante: il est peu d'entreprises dont l'espoir et la pérennité comptent autant aux yeux et au coeur des vosgiens que la Verrerie-de-Portieux : elle est au sens le plus fort du terme, un élément de leur patrimoine. Son destin se confond, il est vrai, avec celui de tout ce département. La Verrerie est l'un des meilleurs symboles de l'ancienneté et de l'authenticité de la vocation et de la tradition industrielle des Vosges.


Visite de la Cristallerie:

comme vous pouvez le constater, les verriers sont des artistes

Le cristal s'obtient en mélangeant à des proportions bien précises de la SILICE, de la SOUDE, de la POTASSE et surtout de l'OXYDE DE PLOMB, ce dernier lui donnant son éclat, sa pureté et sa sonorité particulière. Les différents coloris sont obtenus par ajout d'oxydes métalliques.

Cette composition est enfournée le soir après le travail dans un four à 1600°C et cette température est maintenue toute la nuit. Le lendemain, le mélange bien fondu  homogène est du cristal en fusion très liquide. Pour le rendre apte à être travaillé, la température est abaissée à 1120°C.

A l'aide d'un tube creux appelé "canne", on "cueille" une boule de cristal dans le four et la matière est maintenue en équilibre par la rotation permanente de la canne. 

Toute la technique et le savoir faire consiste à utiliser le souffle et le refroidissement progressif de la matière pendant lequel le façonnage a lieu, à l'aide d'outils en bois ou en acier. Il serait très long de décrire toutes les opérations qui doivent être exécutées durant le temps relativement court pendant lequel le cristal refroidit.

L'objet terminé, une opération délicate reste à exécuter: LA RECUISSON. Cette dernière étape a pour but de  de supprimer les tensions dans la masse de cristal dues au façonnage et au refroidissement, afin de rendre les objets moins fragiles aux chocs thermiques et mécaniques. Pour cela les pièces sont placées dans un four dont la température est de 480°C puis elles sont refroidies progressivement. Elles passent ensuite dans l'atelier de verre froid pour y subir les finitions et l'emballage.

Les arts de la table

 

Les verriers travaillent pour les plus grands : le Ritz, Christian Lacroix, Dior, Vuitton... Ils ont fabriqués les verres pour le mariage d'Elton John.


 



 



Historique de

La Verrerie-de-Portieux

 



1698 : Léopold de Lorraine accorde privilèges au sieur Magnien pour exploiter une verrerie à Tonnoy (près de Nancy).

1702 : Les privilèges sont transférés à Portieux.

1705 : Ouverture en lieu et place de la maison "Bajolet" à Portieux centre.

1710 : Création d'une unité de production de verre à vitres au lieu dit "Fontaine de Viller".

1714 : Construction d'une manufacture de glace au lieu dit "Fraize".

1718 : Fermeture de Portieux et de viller. Tout est transféré à "Fraize".

1722 : L'usine de Fraize est transformée en fief de haute, moyenne et basse justice sous le nom de Magnienville.

1729 : Stanislas de Lorraine supprime les aliénations.

1733 : Magnien est dépossédé de son fief.

1738 : L'usine devenue propriété domaniale, est mise en adjudication. Elle est acquise par un dénommé Daix, qui y fait construire un nouveau four.

1750 : Louis Dietrich en devient exploitant.

1751 : L'usine cesse sa production.

1752 : Le bail est cédé à Anciaux et Dupre qui en jouiront jusqu'en 1770.

1770 : Mort de Anciaux.

1789 : La Verrerie, propriété domaniale, ne souffrira pas de la Révolution. Sur 19 verreries en Lorraine, 6 subsisteront.

1796 : Lamy devient propriétaire de la Verrerie avec Bour et Jacques Mougin.

1802 : L'usine compte 20 fours et 70 ouvriers.

1872 : Naissance de la société des verreries réunies de Portieux et Vallerysthal.

1886 : L'usine compte 4 fours de 12 pots et emploie 820 personnes.

1905 : Construction de la pension des apprentis.

1920 : L'âge d'or de la verrerie : 1200 personnes y travaillent.

1936/1938 : Grèves et fermeture de l'usine. Réembauche et reprise de l'activité.

1939/1945 : De nombreux verriers sont mobilisés. L'usine tourne au ralenti. Sous ses halles, les allemands stockent des moteurs d'avions.

1948/1955 : L'aventure du four mécanique.

1957 : Premières difficultés. Nombre de verriers trouvent refuge ailleurs. 320 ouvriers y travaillent.

1970 : La compagnie française du cristal absorbe Portieux.

1981 : Dépôt de bilan.

1982 : Création d'une société à participation ouvrière. 267 salariés.

1983/1996 : 5 dépôts de bilan en 13 ans. On passe de 267 ouvriers à 78, puis 60 et enfin 30.

1996 : La famille Jacquet reprend la cristallerie et  emploie 25 salariés.

2011: crise économique: reste 7 employés.

 


 
Accueil Gîte Activités Visites
Rando/cheval Jardin Moulin Cristallerie
les Reine Bien-être Randonnée Environnement
Disponibilités tarifs Contact Accès